Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Agence Ouest Immobilier, Agence immobilière GRADIGNAN 33170

Le marché immobilier français devrait conserver l'équilibre en 2017

Publiée le 06/01/2017

En 2017, le marché de l'immobilier comparable à une "peau de léopard" en raison des disparités constatées au niveau du prix de vente au m2 selon les zones géographiques devrait rester stable malgré la légère remontée des taux d'intérêt amorcée au cours de ces dernières semaines.

Que peut on retenir des caractéristiques du marché immobilier français en 2016?

Le coût peu élevé de l'argent emprunté ( 1.2% sur 20 ans contre 4% en 2008/2009) a permis une augmentation du nombre d'acheteurs éligibles au crédit et un développement conséquent du pouvoir d'achat des acquéreurs. Pour une mensualité de 1000 euros sur 20 ans, les banques ont pu accorder une enveloppe de 213 000 euros en 2016 contre 163 000 euros en 2008/2009.

Cette accessibilité à un financement peu honéreux a engendré par ailleurs une forte demande de renégociation des taux d'intérêt des prêts immobiliers auprès des banques et a favorisé l'accès à la propriété des locataires qui pour le paiement d'une mensualité analogue au montant de leur loyer ont pû acheter leur résidence principale.

Dans ce contexte, la forte demande des acheteurs a conduit à une augmentation de 15% du volume des ventes constaté dans le réseau de nos 850 agences Century 21, ainsi qu'à une revalorisation de 1.7% des prix de vente immobilière alors que ces derniers avaient diminué tout au long de la période 2011 - 2015. Force est de constater néanmoins que certains vendeurs ont anticipé à tort une hausse continue des prix de vente au 4ème trimestre 2016!

Le prix de vente moyen constaté dans l'Hexagone en 2016 a été de 210 000 euros et plus exactement de 150 000 euros dans 70% des régions.

Les jeunes ont représenté 40% de nos acheteurs. Ceux qui ont choisi de s'installer dans des zones géographiques peu tendues ont pû acquérir leur résidence principale sans produire d'apport financier ni mobiliser le soutienn de leur famille contrairement à leurs homologues dans la même classe d'âge qui ont souhaité acheter un bien en hypercentre, notamment dans les grandes agglomérations.

Les séniors qui représentent notre seconde famille d'acheteurs ont eux aussi continué à investir dans l'immobilier, vendant pour bénéficier de plus-value confortables puis réengageant sans attendre leurs fonds dans la pierre, valeur refuge à leurs yeux.

Le marché de l'immobilier neuf s'est révélé dynamique contrairement à celui des résidences secondaires qui depuis la modification portant le délai d'exonération de plus-value de 15 ans à 30 ans constitue une économie en difficulté.

    

Notre actualité